Comment puis-je vous aider ?

Prendre RDV

Maître Martin vous reçoit à son cabinet pour un 1er rendez-vous. Ce premier rdv de 60 min, sans engagement sur la suite, permet réciproquement de faire connaissance, de connaître vos droits et la manière de traiter la problématique à laquelle vous êtes confronté.

Demander un rappel

Maître Martin vous rappelle pour répondre à vos questions juridiques. Cette consultation téléphonique de 30 min vous permet d'obtenir des éléments de réponse concrets et rapides à la question que vous vous posez. Ce rdv est sans engagement pour la suite du traitement de votre demande.

Consulter par écrit

Maître Martin répond à vos questions juridiques par écrit dans les mêmes conditions qu'une consultation au cabinet et sur demande. Ceci répondra parfaitement à votre question de droit.
Cette consultation à distance est tarifée au taux horaire.

Compétences

Maître Julien MARTIN, à votre écoute : 03.88.13.53.29 / contact@julienmartinavocat.fr

Dernières nouvelles

Retrouvez ici mes derniers articles...

Mineurs étrangers non accompagnés : La France n’a pas violé l’article 3 de la CEDH

Les autorités françaises n’ont pas imposé un traitement inhumain ou dégradant à un migrant guinéen qui se présentait comme mineur isolé:

Dans son arrêt de chambre, rendu le 10 octobre 2019 en l’affaire M.D. c. France (requête no 50376/13), la Cour européenne des droits de l’homme dit, à l’unanimité, qu’il y a eu Non-violation l’article 3 (interdiction des traitements inhumains ou dégradants) de la Convention européenne des droits de l’homme.

Lire la suite

L’affaire Vincent LAMBERT et la force obligatoire du droit international des droits de l’homme

Bref rappel des faits et de la procédure:

L’arrêt de la Cour d’appel de Paris rendu ce 20 mai 2019 en référés, marque une étape inattendue mais décisive dans l’affaire concernant le cas de Vincent Lambert, victime d’un accident de voiture le plongeant dans un état de conscience minimale.

Si elle cristallise une nouvelle fois la division de la famille de Vincent Lambert, quant au fait de savoir s’il faut ou non prolonger artificiellement la vie du patient hors d’état de manifester sa volonté, la juridiction nationale réaffirme l’universalité et la force obligatoire du droit international des droits de l’homme.

Lire la suite